Le cochon et le boeuf
Recherche
banniere lecochonetleboeufVotre
PUB
 

courriel-hebdo d'agir pour l'nvironnement

Article de Resus Posté le 10-03-2011 Journal: "Environnement et Ecologie"   France

Courriel-hebdo d'agir pour l'nvironnement

Le site internet : http://www.agirpourlenvironnement.org
L'espace Facebook et Twitter
 
****************
- Recevoir le Courriel-hebdo d'Agir pour l'Environnement


Chaque semaine, Agir pour l'Environnement vous fait parvenir une synthèse de l'actualité liée aux campagnes de mobilisation en cours (téléphonie mobile, pesticides, nucléaire, 4x4, climat, déchets ménagers, biodiversité, antipublicité, ogm...)

>
Vous inscrire au Courriel-hebdo d'Agir pour l'Environnement
>
Effectuer un don à Agir pour l'Environnement
> Chaque semaine, retrouvez les dessins d'Agir sur notre page
Facebook
> Nouveau : La boutique d'Agir pour l'Environnement (badges, autocollants, cartes-postales, affiches, livres...)
 
****************
SOMMAIRE
- Recevoir le Courriel-hebdo d'Agir pour l'Environnement
- Edito / Indécence… par Stéphen Kerckhove
- http://info.france2.fr - Fukushima: deux brèches sur le réacteur n°4
- Ttribune libre / Nucléaire : Les écologistes ont tort… d'avoir eu raison trop tôt !
- Dessin d'agir - Nucléaire : Jusqu'ici... tout va bien !
- Associated Presse - 14/03/2011 - Gel des procédures d'autorisation pour de nouvelles centrales en Suisse
- Ouest France - 14/03/2011 - Le chef de la diplomatie allemande remet en cause le maintien des centrales
 
****************
 
TRIBUNE LIBRE / Nucléaire : Les écologistes ont tort… d'avoir eu raison trop tôt !
Par Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'Environnement

> Pour un référendum sur la sortie du nucléaire, cliquez ici

Oui, trois fois « oui », les écologistes ont tort. Le tort d'avoir eu raison trop tôt et le tort d'avoir raison seuls contre tous. Qui sont ces « tous » ? Ces décideurs qui ces dernières heures se rependent dans les médias pour sauver le soldat « nucléaire ».

Le manque de clairvoyance de ces lobbyistes du nucléaire reconvertis en politique n'a d'égal que leur cynisme à défendre encore aujourd'hui une technologie intrinsèquement dangereuse et meurtrière.

A les entendre, ces "Sarkozy", "Besson", "Kosciusko-Morizet", "Copé"…, comment ne pas se remémorer ces décisions visant à casser le développement du solaire photovoltaïque, à multiplier les amendements éolicides durant l'adoption de la loi Grenelle2 ou encore autoriser Areva à diffuser une publicité vantant les mérites écologiques du nucléaire… Comment oublier ce chef de l'Etat tentant de vendre des réacteurs nucléaires à l'Inde (prévues sur une faille sismique) ou au dictateur libyen, Kadhafi !

Au lieu de préparer l'avenir et sortir immédiatement du nucléaire, ils nous enferment dans un passé qui fleure bon la naphtaline radioactive. La gestion de crise décidée à l'Elysée il y a 24 heures ne dupe personne. La novlangue utilisée ressemble trop à celle déjà utilisée lors du drame de Tchernobyl. Mais cette oligarchie éco-prédatrice doit maintenant rendre des comptes.

Le temps du « coupable mais pas responsable » a vécu. Charge aux écologistes de faire entendre leur voie afin de proposer un changement de paradigme qui passe nécessairement par une sortie immédiate du nucléaire.
 
*****************
 
- http://info.france2.fr - Fukushima: deux brèches sur le réacteur n°4

Deux brèches de huit mètres de large sont apparues dans l'enceinte extérieure du réacteur n°4 de Fukushima-Daiichi
Elles sont apparues suite à une explosion, selon Reuters.

Une partie de l'enceinte de confinement d'un réacteur est endommagée, a indiqué le gouvernement japonais. L'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) avait déclaré un peu plus tôt que la radioactivité s'échappait "directement" dans l'atmosphère au niveau du site de la centrale.
 
Selon Tokyo, une partie de l'enceinte du réacteur 2 de Fukushima semble avoir été endommagée, laissant entendre qu'une fuite radioactive était possible.

Lundi, les opérations d'injection d'eau de mer dans le réacteur n°2 de la centrale de Fukushima-Daiichi avaient repris

Le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, a évoqué "des dégâts possibles dans la piscine de condensation", la partie inférieure du caisson de  confinement servant à refroidir le réacteur et à contrôler la pression à  l'intérieur de cette enceinte.

"Mais nous n'avons pas constaté une augmentation soudaine de la  radioactivité", a ajouté M. Edano.

L'enceinte de confinement qui entoure le réacteur d'une centrale nucléaire  est conçue pour empêcher les fuites radioactives en cas d'accident.

Il s'agirait des premiers dégâts subis par une enceinte de confinement de  la centrale de Fukushima 1, au centre de l'inquiétude depuis le séisme et le  tsunami qui ont dévasté le Nord-Est du Japon.

Le bilan officiel fait état pour l'instant de 22 personnes irradiées et jusqu'à 190 qui pourraient avoir été exposées à des radiations.

La VIIe flotte américaine, qui participe aux efforts de secours, a décidé de s'éloigner temporairement par précaution de la côte nord-est en raison d'un faible niveau de radiation.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a confirmé  lundi soir la "fusion partielle" des coeurs des réacteurs 1, 2 et 3 de la  centrale nucléaire de Fukushima-1.

"La fusion partielle du coeur est confirmée, l'exploitant poursuit  l'opération de refroidissement du coeur par injection d'eau de mer", a indiqué l'organisme français dans un communiqué publié sur son site internet.

La société japonaise Tepco, "connaîtrait des difficultés pour réaliser" les opérations de refroidissement par eau de mer, du réacteur N°2, "dues au blocage d'une soupape de décharge de la  cuve".

Deux nouvelles explosions, risque de fuites radioactives "faible"
Deux explosions se sont produites lundi au niveau du réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima 1. Le réacteur a résisté, a assuré peu après le propriétaire de la centrale nucléaire, Tokyo Electric Power (Tepco). La possibilité de fuites radioactives est "faible", a ajouté le gouvernement. A Vienne, l'Agence internationale de l'énergie atomique a confirmé cette information. Ces deux nouvelles explosions qui ont fait six blessés avaient été envisagées par le gouvernement.

Sur place, les autorités locales ont conseillé aux personnes se trouvant encore dans un rayon de 20 km autour de la centrale nucléaire de rester confinées chez elles. Les personnes à l'extérieur ont été invitées à utiliser un masque ou une serviette mouillée pour protéger leurs voies respiratoires, et de se couvrir au  maximum pour ne pas exposer leur peau à l'air.

Les circuits de refroidissement des trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, exploitée par Tepco, ont été endommagés par le séisme et le tsunami qui ont ravagé vendredi la côte nord-est du Japon.
 
****************
 
- Dessin d'agir - Nucléaire : Jusqu'ici... tout va bien !
 
Trois jours après un tremblement de terre d'une rare violence qui a plongé le Japon dans le chaos, les coeurs des centrales nucléaires fondent les uns après les autres. Par le miracle d'une communication de crise, le lobby nucléaire tente de minorer la catastrophe en cours. Avec le cynisme des idéologues impavides, les Besson, Kosuiscko-Morizet et autre Copé volent au secours d'une technologie scandaleusement dangereuse et meurtrière. Les écologistes ont, une fois encore, le malheur de constater qu'ils ont eu raison trop tôt. Trop tard ? Non, il faut maintenant exiger de SORTIR DU NUCLEAIRE.
 
Voir le dessin d'Agir - Nucléaire : Jusqu'ici... tout va bien !
Voir tous les dessins d'Agir
 
*****************
 
- Associated Presse - 14/03/2011 - Gel des procédures d'autorisation pour de nouvelles centrales en Suisse
 
BERNE (AP) — Après les dommages causés par le séisme et le tsunami à des centrales nucléaires japonaises, la Suisse a décidé lundi de suspendre les procédures en cours concernant les demandes d'autorisation générale pour de nouvelles centrales nucléaires. La conseillère fédérale Doris Leuthard a également décidé d'anticiper le réexamen de la sécurité des centrales nucléaires existantes.

A l'issue d'une réunion lundi matin avec des représentants de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN) et de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a décidé de suspendre les procédures en cours concernant les trois demandes d'autorisation générale pour les centrales nucléaires de remplacement jusqu'à ce que les normes de sécurité aient été soigneusement réexaminées et, si nécessaire, adaptées.

L'IFSN a été chargée d'anticiper le réexamen de la sécurité des centrales nucléaires existantes. Un tel réexamen est déjà en cours à la centrale de Mühleberg.

L'IFSN doit analyser les causes exactes de l'accident survenu au Japon et en tirer les conclusions s'agissant de l'élaboration éventuelle de nouvelles normes plus strictes, notamment en matière de sécurité sismique et de refroidissement, relève le DETEC. Les conclusions de ces examens devront être prises en compte dans l'évaluation de la situation pour les centrales existantes ainsi que pour les nouvelles centrales prévues. Les demandes d'autorisation générale pour le remplacement des centrales nucléaires existantes ne pourront être évaluées qu'à la lumière de ces conclusions.

Les experts de la Confédération sont en contact permanent avec des experts au niveau international, notamment avec ceux de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), de l'OCDE et de l'UE. La conseillère fédérale Doris Leuthard est tenue en permanence au courant de l'évolution au Japon. Elle a chargé l'IFSN de fournir à la population des informations régulières. AP
 
****************
 
- Ouest France - 14/03/2011 - Le chef de la diplomatie allemande remet en cause le maintien des centrales

Le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, a déclaré ce lundi que la decision de prolonger la vie des centrales atomiques allemandes pourrait être suspendue, après l'accident nucléaire survenu au Japon.

De son côté, le ministre de l'Environnement, Norbert Röttgen, a invité les chrétiens démocrates de la CDU, partenaires au sein de la coalition d'Angela Merkel, à rouvrir le débat sur l'énergie atomique.

Les centrales atomiques allemandes, dont la coalition de gauche du chancelier Gerhard Schröder avait décidé l'arrêt progressif, il y a une douzaine d'années, ont vu leur durée de vie prolongée par la coalition de droite que dirige Merkel.
 
****************


Voir ce site: http://www.agirpourlenvironnement.org

Poster un commentaire