lecochonetleboeuf - charcuterie et boucherie
Recherche
banniere Lecochonetleboeuf
Charcuterie, boucherie et traiteur
Votre
PUB
ici  
 
 

  Toutes les fiches / Législation

L´agriculture biologique

Article de Resus Posté le 28-06-2005 Journal: "Législation et Bio"   Aquitaine
L´agriculture biologique

{Définition des produits bio} L´agriculture biologique est née au début du siècle, dans les années 20, mais n´a été officiellement reconnue et définie par le Ministère de l´Agriculture que en 1981 (réglementation européenne en 1991; additif en 1999 pour l´interdiction d´O.G.M. dans les produits bio). Pendant cette période, les fondements de l´agriculture biologique ont été définis autour de 3 axes: - règles agronomiques et de transformation des produits précises - respect d´un cahier des charges strict pour la production et la transformation - contrôle du respect de ces deux engagements par un organisme tiers indépendant Globalement, l´agriculture biologique doit permettre, dans une démarche globale, d´atteindre les buts suivants: - respecter et protéger les écosystèmes naturels et leur diversité génétique - promouvoir et diversifier les cycles biologiques au sein des systèmes agraires en respectant les micro-organismes, la flore et la faune des sols, les cultures et les animaux d´élevage - maintenir et améliorer la fertilité des sols par une fertilisation par engrais organiques (fumiers, engrais verts et composts) - utiliser les ressources naturelles et renouvelables régionales - tendre vers l´autosuffisance en matière organique et éléments nutritifs - donner aux animaux des conditions d´élevage oú ils peuvent extérioriser leur comportement spécifique - maintenir la diversité génétique des systèmes agraires - donner, à l´agriculteur, une juste rémunération et un environnement de travail sûr et sain - tenir compte de l´impact des techniques culturales sur l´ environnement et le tissu social De manière à ce que le consommateur puisse identifier rapidement les produits issus de l´agriculture biologique, un label officiel, le label "AB " (Agriculture Biologique) a été créé par le Ministère de l´Agriculture. C´est le seul label officiel valide. Tout autre signe est assimilable à une marque commerciale qui peut être très éloignée de l´agriculture biologique tant au niveau des conditions de production que de transformation. {Les techniques de culture} Les agriculteurs bio s´interdisent un certain nombre de pratiques dont les objectifs généraux sont de réduire la pression chimique sur les sols et les végétaux. {Principes de production} {La fertilisation} Son but est de nourrir, non directement les plantes avec des engrais solubles, mais les êtres vivants du sol (principalement des micro-organismes) qui élaborent et fournissent aux plantes tous les éléments dont elles ont besoin (parmi lesquels des vitamines, des substances de croissance). L´agriculteur bio fait donc globalement moins d´apports, d´oú moins d´écoulements dans la nappe phréatique d´éléments polluants comme les nitrates. On distingue deux types de fertilisation: -> La fumure organique: elle constitue la base de la fertilisation en agriculture biologique. L´agriculteur incorpore dans le sol des matières organiques compostées (compostage par fermentation aérobie en tas ou en surface), des sous-produits d´élevage provenant d´une exploitation conduite selon le mode de production biologique ou des préparations à base de micro-organismes et de végétaux. Pour augmenter la fertilité, la pratique des engrais verts (culture de légumineuses principalement comme par exemple la luzerne) est fondamentale. Elle est pratiquée en alternance avec la culture des céréales par exemple de manière à éviter un appauvrissement du sol. -> La fumure minérale: elle repose sur l´utilisation de minéraux naturels, n´ayant subi que des traitements physiques. {Le travail du sol} Il a une plus grande importance qu´en agriculture traditionnelle car sa qualité doit combler l´absence de certains produits fongicides par exemple. Les grands principes du travail du sol en agriculture biologique sont les suivants: - ameublir le sol sans le retourner - ne jamais enfouir de matières organiques fraîches - limiter le nombre de passages avec des matériaux lourds - travailler au bon moment Il en découle de forts besoins en main-d´oeuvre, comme par exemple pour le binage des cultures de légumes. Ces forts besoins en main-d´oeuvre expliquent le prix plus élevé à la vente des produits bio par rapport aux produits de l´agriculture conventionnelle. {Les assolements} La pratique d´assolements équilibrés est l´une des bases de l´ agriculture biologique. Schématiquement elle consiste en l´introduction de légumineuses annuelles ou pluri-annuelles et la pratique systématique d´engrais verts. Un engrais vert permet au sol de se "regénérer" en substance nutritives alors qu´une culture systématique de céréales contribuerait à l´épuisement des sols. Les céréales et la plupart des légumes ne doivent pas être cultivées plus de deux années sur le même sol. {La lutte contre les mauvaises herbes} En agriculture biologique, on n´utilise aucun désherbant chimique. Pour lutter contre les mauvaises herbes, l´agriculteur dispose de moyens préventifs (programme de rotation adapté, amélioration de la structure du sol, etc?) et de procédés mécaniques et thermiques (désinfection à la vapeur, binage et sarclage). {La lutte contre les parasites} Lorsque les plantes sont mises dans des conditions de développement optimales, de nombreux parasites animaux et maladies disparaissent d´eux-mêmes. Les moyens de lutte appropriés font appel aux prédateurs naturels de ces parasites (lutte biologique) et à leurs ennemis naturels (haies, nids), ou bien à des préparations à base de plantes et de minéraux naturels ou à très faible toxicité et donc très rapidement biodégradables à 100% ( insecticides végétaux, fongicides à base de soufre et de cuivre). {Exemples de techniques d´agriculture biologique} {Lutte contre la mineuse sur la tomate} La mouche mineuse est un parasite qui creuse de minuscules galeries dans les feuilles de la tomate, provoquant leur dépérissement. Il suffit alors d´introduire dans la culture Diglyphus Isea, qui se charge naturellement d´éliminer proprement les jeunes mouches indésirables. {Lutte contre la pyrale du maïs ) La pyrale est un papillon dont la larve mange les feuilles de maïs, causant ainsi des dégâts très importants et une très importante chute de rendement. Afin de combattre biologiquement l´infestation par les larves, on peut faire un lâcher de trichogrammes, insectes d´un millimètre de long de la famille des hyménoptères qui pondent leurs oeufs dans les larves de pyrale, empêchant ainsi leur développement. Il faut approximativement 300 000 trichogrammes par hectare de maïs que l´on peut disperser à la main ou bien lâcher par U.LM. {Désinfection à la vapeur} Il s´agit de porter le sol à une température élevée qui doit être homogène pour les parasites que l´on désire détruire, et qui autant que possible respecte la vie des micro-organismes utiles. L´action de la chaleur sur les organismes vivants du sol est fonction de la température atteinte et du temps d´exposition du parasite à cette température. Ce temps d´exposition fait intervenir la vitesse de pénétration de la vapeur dans le sol. Cette technique est notamment utilisée par les producteurs réalisant de l´agriculture biologique sous serre. {Conversion vers le bio} La période de conversion est une phase transitoire entre l´agriculture conventionnelle et l´appellation agriculture biologique. Elle débute au moment oú les pratiques culturales deviennent rigoureusement conformes aux règles de production biologique. Pour les productions végétales, cette période est variable. Elle est de 2 ans pour les cultures annuelles (maraîchage, céréales, etc) et de 3 ans pour les cultures pérennes (arboriculture, viticulture). La période réduite à zéro lorsque le précédent cultural est de la friche. La conversion fait l´objet d´un contrôle. {Les organismes de contrôle} Pour être commercialisé, tout produit dit "issu de l´Agriculture Biologique" doit subir le contrôle et obtenir la certification d´un organisme officiellement agréé. Actuellement, cinq organismes privés sont agréés pour réaliser les contrôles des produits biologiques et délivrer la certification "Agriculture Biologique". Il s´agit de ECOCERT, QUALITÉ France, ULASE, AFAQ-ASCERT International, AGROCERT, ACLACE et CERTIPAQ. Pour être agréés, ces organismes ont dû répondre aux critères d´indépendance, d´impartialité, d´efficacité et de compétence, tels que définis par le règlement communautaire, et les dispositions de la norme européenne EN 45011 relative aux organismes chargés de délivrer la certification de produits. {Les avantages des produits bio} Les principaux intérêts de l´agriculture biologique résident dans leur respect de l´ environnement. La rotation de cultures extensives, les non-utilisation de pesticides et d´engrais chimiques de synthèse évitent la détérioration des sols arables. Les pratiques culturales biologique épargnent aux eaux souterraines ou de surface les pollutions chimiques dont certaines sont extrêmement difficiles à éliminer dans le processus de production d´eau potable. L´agriculture biologique respecte le paysage: haies conservées, moindre développement de voies de desserte pour assurer l´exploitation des terres et le transport des produits. En contrepartie, le prix des matières premières bio est plus élevé que celui des ingrédients courants car leur production exige notamment des coûts de main d´oeuvre supérieurs (plus de travail du sol), une culture ou un élevage moins intensif, des coûts de collecte et de distribution plus élevés. Par contre, il n´est pas garanti que la production biologique améliore la qualité gustative des produits contrairement à ce que beaucoup de gens pensent. Le seul argument en faveur de cette hypothèse est le respect plus grand du cycle naturel des plantes (moins de "forçage", de décalage dans les saisons). En résumé, acheter des produits bio c´est bien pour contribuer au respect de notre environnement mais c´est un peu plus cher. {Sites utiles} Centre national de ressources en agriculture biologique (CNRAB): http://www.agribio.com Bases de données et d´informations sur l´agriculture bio. Ecocert, un des organismes de contrôle habilités: http://www.ecocert.fr On trouve sur ce site diverses informations intéressantes: liste des intrants autorisés, liste des règlements pour les producteurs et les transformateurs de produits biologiques. Ministère de l´agriculture: http://www.agriculture.gouv.fr Définition officielle de l´agriculture biologique et règlements. Source de ce texte: http://www.cuisine-vegetarienne.com/index.php?do_id=2



Voir la suite sur ce site: http: www.cuisine-vegetarienne.com index.php?do_id=2

Commentaire:



  Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés.
  Tous droits réservés © - Enregistrement, reproduction et copie interdits